Contenu

Filières

Essentiel n°6 : filière porcine
Le Grand Est présente un cheptel porcin d’environ 360 000 animaux sur 560 exploitations professionnelles, ce qui place la région au 8ème rang national, avec environ 2,7 % du total national, la production française étant dominée par la Bretagne qui compte un effectif de près de 8 millions de têtes. Depuis 10 ans, le cheptel régional a eu tendance à diminuer, comme au niveau national. La production régionale est concentrée à l’ouest et à l’est de la région, trois départements (Marne, Aube et Bas-Rhin) concentrant 59 % des capacités d’élevage. La région est exportatrice nette de porcs vivants : en France métropolitaine, avec près de 500 000 porcs expédiés par an, principalement pour abattage dans d’autres régions, et à l’étranger, en majorité à destination de l’Allemagne pour abattage, avec plus de 40 000 têtes par an. L’aval de la filière représente près de 4 000 emplois dans la région, concentrés à l’est de la région et dans l’Aube.
 
Fiche filière betterave sucrière
Jusqu’au 30 septembre 2017, le secteur du sucre dans l’UE était régulé par des quotas de production et un prix minimal de la betterave, mesures qui ont disparu le 1er octobre 2017, suite à la réforme de la PAC 2013. Cette perspective de libéralisation du secteur, associée à une embellie du cours mondial du sucre, a engendré une augmentation des surfaces emblavées atteignant, au printemps 2017, + 30 % par rapport à 2015. Avec des rendements en hausse cette même année, le Grand Est a finalement réalisé sur la campagne 2017-2018 une production supérieure de 50 % à celle de 2015-2016. La chute des cours du sucre, à partir de l’automne 2017, a ensuite conduit les betteraviers à limiter, voire à réduire, les superficies emblavées pour les campagnes suivantes. Pénalisée par des rendements fortement affectés par la sécheresse, la production de 2018 retrouve ainsi le niveau de 2016. En 2019, surfaces et production sont encore en retrait. En ce qui concerne la zone ouest, elles restent malgré tout supérieures aux niveaux observés avant la suppression des quotas, mais l’activité est nettement plus en recul ailleurs. Les prévisions pour 2020 montrent un maintien global des surfaces mais des conditions de culture difficiles en début de campagne (levée hétérogène et attaque de pucerons, vecteurs du virus de la jaunisse).
 
Fiche filière légumineuses fourragères
La culture de luzerne destinée à la déshydratation affiche en 2019 un rendement dans la moyenne quinquennale. Par contre, les rendements des autres prairies artificielles, davantage impactées par la canicule, sont en retrait de 13 % par rapport à la moyenne (7 tonnes de matières sèches par ha, soit 1 tonne de moins que la moyenne quinquennale). Perspectives pour 2020 : La luzerne déshydratée profite actuellement de la fermeté des prix générée par deux années de sécheresse. Les stocks n’ayant pu être reconstitués, le marché en 2020 devrait être comparable à celui de 2019. Face aux attentes sociétales françaises et aux besoins alimentaires mondiaux, la filière est dans l’attente de nouvelles opportunités dans le cadre du verdissement de la future PAC.
 
Fiche filière légumes
En 2019, la région Grand Est compte 12 576 hectares de surfaces légumières pour une production de 265 306 tonnes. Les surfaces se concentrent essentiellement au nord du département de l’Aube, dans le triangle marnais au centre du département et dans le Bas-Rhin. La culture de lentilles a fortement progressé depuis 2015. Avec 5 683 hectares, elle représente aujourd’hui 45 % des surfaces légumières en Grand Est.
 
Fiche filière lait - Grand Est - Edition 2017
Avec 2,2 milliards de litres livrés à l’industrie, le Grand Est occupe la 6ème place des régions françaises pour sa production de lait de vache. Comme au niveau national, ses livraisons diminuent en 2016 (- 4,9%) et le prix du lait amorce un redressement