Contenu

Notes bimestrielles et bilan annuel

Conjoncture animale Grand Est, mars et avril 2019
La production laitière connaît une contraction début 2019 suite à la décapitalisation du cheptel régional... Les abattages de bovins sont en repli sur le premier trimestre (- 1 % par rapport à l’an dernier)... Le marché de la viande ovine voit les cours se replier par rapport à 2018... Enfin, en porcins, les cours sont globalement stables pour des abattages en hausse à partir de février...
 
Conjoncture végétale Grand Est, mars et avril 2019
Grandes Cultures : les conditions à la sortie d’hiver sont globalement satisfaisantes pour les semis et la levée des céréales de printemps, tandis que le colza fait face à la pression des ravageurs... Marchés : Sur les marchés céréaliers, la tendance est à la stabilisation des cours après la baisse enregistrée en février... Viticulture : le bilan de vendange 2018 est exceptionnel en quantité et en qualité, tant en Champagne qu’en vins (...)
 
Conjoncture végétale Grand Est, janvier et février 2019
En ce début d’année 2019, l’heure est aux bilans des récoltes et vendanges de l’an passé : grandes cultures, viticulture, cultures industrielles...
 
Conjoncture animale Grand Est, janvier et février 2019
Malgré une baisse de la collecte laitière, des réformes de vaches en hausse et des prix qui fléchissent légèrement en fin d’année, le bilan régional annuel de production reste le plus positif de la filière laitière française. La légère augmentation des cours bovins et ovins de décembre a permis une stabilité sur l’année, contrairement aux cotations porcines, toujours aussi moroses. Les abattages de bovins sont comparables en 2018 à l’an dernier, malgré des disparités importantes selon les différentes (...)
 
2018 : un été satisfaisant, un automne décevant
Après une année 2016 catastrophique, puis 2017 plus proche des « normales », 2018 restera marquée par de grandes variations climatiques, ayant influé sur les productions et par conséquence, sur les élevages.
 
Conjoncture végétale, septembre et octobre 2018
En grandes cultures, la sécheresse estivale impacte les rendements des betteraves (12 % sous la moyenne quinquennale), du maïs grain (- 10 %) et dans une moindre ....
 
Conjoncture animale Grand Est, Septembre et octobre 2018
La production laitière est à la hausse, tant pour le segment conventionnel que le segment biologique. Les prix sont à la hausse également de janvier à août par rapport à l’an dernier. Les cotations des ...
 
Conjoncture météo Grand Est, juillet et août 2018
Après une première quinzaine particulièrement pluvieuse, le mois de juin restera finalement comme un mois plutôt sec, en l’absence de pluies la seconde quinzaine.
 
Conjoncture végétale Grand Est, juillet et août 2018
La moisson 2018 restera comme l’une des plus précoces en Grand Est... En viticulture, le millésime 2018 sera précoce, généreux en quantité en Champagne, et moyen en Alsace...
 
Conjoncture animale Grand Est, juillet et août 2018
La production laitière continue sa progression... Les cours des bovins sont en légère hausse en juin-juillet... Les cours des ovins sont légèrement inférieurs à ceux de 2017 en juin-juillet...
 
Conjoncture animale Grand Est, mai et juin 2018
Les livraisons de lait à l’industrie poursuivent la hausse entamée depuis huit mois et dépassent les volumes produits en 2017 à la même époque. Moins marquée en production conventionnelle, l’évolution en lait biologique progresse à un niveau jamais atteint dans la région et représente aujourd’hui 4 % de la production totale de lait. Cette hausse de livraison s’accompagne d’une baisse du prix du lait conventionnel de 20 euros en mars et avril. Le prix du lait biologique, resté stable en mars, diminue (...)
 
Conjoncture végétale Grand Est, mai et juin 2018
En grandes cultures, la douceur du printemps avance le développement des COP mais les excès de pluie et la grêle sont localement dommageables en orge, colza et pommes de terre. L’implantation des cultures d’automne se déroule bien. Les rendements des céréales sont prometteurs, surtout pour le blé (77 q/ha). La campagne de commercialisation aura été marquée par un euro fort défavorable aux exportations, des stocks mondiaux abondants, et une concurrence accrue entre les huiles qui pèse sur les cours du (...)
 
Conjoncture végétale Grand Est, mars et avril 2018
Les conditions de cultures sont globalement bonnes pour les grandes cultures et les vignes en cette sortie d’hiver 2018, malgré des conditions humides qui ont perturbé les semis de printemps. Sur les marchés mondiaux, le dynamisme de la demande stimule les cours du blé et des orges de mouture tandis que la parité euro-dollar continue d’être défavorable aux exportations françaises. Les cours du colza souffrent toujours de la concurrence du biodiesel, et des inquiétudes climatiques outre-atlantique (...)
 
Conjoncture animale Grand Est, mars et avril 2018
La production laitière connaît une bonne dynamique sur ce début 2018 avec une hausse des livraisons par rapport à la moyenne triennale (+ 4 millions de litres). Les abattages de bovins sont également en hausse sur janvier et février (+ 4 % d’unités sur un an) avec des disparités selon les catégories. Le marché des ovins a bénéficié des Fêtes Pascales qui ont tiré les cours vers le haut (+ 11 % par rapport à (...)
 
Conjoncture végétale Grand Est, janvier et février 2018
Le bilan 2017 des grandes cultures est globalement le même toutes filières confondues : une année dans la moyenne sur le plan de la production en Grand Est, mais des cotations à la baisse sur les marchés du fait de récoltes abondantes à l’échelle mondiale et d’un euro fort par rapport au dollar. Pour les céréales, oléagineux et protéagineux, la collecte 2017 est dans la moyenne quinquennale après une année 2016 en retrait. La campagne betteravière 2017/2018, première d’un régime hors quota et prix minimum garanti, touche à sa fin et établit un record de production (+ 23 % sur un an). La production de pommes de terre est également en hausse en 2017 malgré un début de cam- pagne difficile sur le plan climatique. Ces bons résultats se retrouvent au niveau européen, ce qui pénalise le marché en ce début d’année.
 
Conjoncture animale Grand Est, janvier et février 2018
La production laitière en 2017 est stable en volume par rapport à 2016 avec une progression de la part du Bio qui compense en partie le recul du lait conventionnel. Dans un contexte de poursuite de la concentration de la production, les cotations du lait conven- tionnel dépassent globalement les niveaux de 2016 et 2015, mais restent toutefois sous les niveaux de 2014 et 2013. Le marché du lait Bio est particulièrement porteur, notamment sur les derniers mois de novembre et décembre, avec des cours atteignant des niveaux record à 461 euros les mille litres.